Guy Béraud

né en Saône et Loire en 1954

Fabrication du Manant - été 2016Guy et Le Manant

Le Manant  – été 2016

Atelier de peinture - 2016

ATELIER de PEINTURE

Évolution

Très tôt il aime le dessin. On lui improvise un 1er prix de dessin au certificat d’études primaires. Au lycée, il illustre le journal et montre une préférence pour le dessin humoristique et la caricature. Il découvre un monde de liberté en suivant les cours de la « Famous Artists School  » de Monte-Carlo ». Il sait alors qu’il en fera un jour son métier.

Il entre aux Beaux Arts au début des années 70 ; Mâcon (1er prix) et Dijon qu’il quitte assez vite par besoin d’indépendance.

En 1975, il crée son atelier de peinture dans son village et invente ses techniques pour “repartir à zéro”. Il travaille en parallèle sur les chantiers de maçonnerie de l’entreprise familliale.

1976-77 : service militaire. Dessins au feutre sur de vieux draps pour les copains.

Années 70

Peinture sur panneaux plutôt abstraite ou paysages imaginaires. Invention de techniques comme la peinture à l’huile pyrogravée.

Années 80

Revient à la figuration avec des personnages en mouvement. Plaisir gestuel ; techniques diverses.

1988 : études de dessinateur publicitaire (pour vérifier, ça rassure)

1989 : création de l’Atelier-Galerie “l’Œil en Main” à la Chapelle de Bragny, son village natal.

Années 90

Personnages humoristiques (collages, acrylique, encre). Mise en scène de personnages (maniérisme, expressionnisme). Un peu de sculpture, gravure sur œufs d’autruche, etc…

1995 : création de salons de jardin en béton blanc teinté et recherches sur l’imitation des pierres.

Les Années 2000

Paysages imaginaires gestuels sur toile (techniques mixtes). Mises en scène de formes plus ou moins humaines sur papier (ocre, pigments, fusain, colle) et surtout de nombreux croquis (stylo bille ) à l’origine de tableaux sur le corps humain et formes dérivées.Technique: mortier fin et acrylique sur toile et ensuite, craie et acrylique sur papier marouflé sur toile.

2004 : diplôme “Créateur d’Aujourd’hui” de la Fédération Nationale de la Culture Française et de European Art Group. Participation au “Musée Hors les Murs” (idée de l’artiste contemporain Antoine de Bary) avec un triptyque très grand format visible au lycée Mathias de Chalon-sur-Saône.

2006 : Il chute d’un toit. Le handicap qui en résulte l’empêche de poursuivre son métier de maçon dans la rénovation en bâtiment.

2007 : Il continue  son activité artistique. On note un changement dans son processus créatif.

2009 : Il intègre le groupe « Figuration Critique ».

2015  : première expo personnelle à l’étranger : Espace Art Gallery, Bruxelles.

Intègre le groupe de Chalon-sur-Saône: « Aux Arts! etc.

2016 : « officialise » ses sculptures: petits objets et sculpture monumentale.

Onjet 1 - hauteur 125 mm - 2016 DSC07002 - Copie

Expositions

Depuis 1975 : dans les salons, galeries, Hôtels des Ventes et autres lieux, à Paris, Lyon, Bruxelles et beaucoup d’autres villes. Quelques prix lui sont décernés. Les plus récents en :

  • 2005 : Lyon, Salon d’Hiver, prix Paul Mouradian (art contemporain).
  • 2008 : Lyon, Salon d’ Hiver, l’ “Hivernal ”, Premier prix.
  • 2008 : Mâcon, Salon de l’Académie d’ Art, prix de Peinture moderne.
  • 2009 : Mâcon, Salon de l’Académie d’ Art, prix du public.
  • 2012 :  Toile d’ Or de la Fédération Nationale de la Culture Française.
  • 2013 :  Lyon, Salon  d’ Hiver, l’ « Hivernal » , Prix des Amateurs d’Arts.

Copie de DSC05877GALERIE Gde BD Atelier 002

Copie de Carnets croquis et BD 1

Guy Béraud, Les caprices de l’âme

Loisir très rare au fond de sa campagne à l’époque de son enfance… il dessine!!… Avec un certain talent, d’après ses proches:  » tu dessine bien!… » , me disait-on. Et puis « dessine-moi ceci et cela », et bien dessiner ce ne fut plus amusant, et  » je voulais m’amuser, et j’ai voulu mal dessiner »…

Les joies de la création pure, je les ai découvertes en dessinant mal… mais bien! Je connais par cœur le corps humain. Voilà un sujet où l’improvisation et la rapidité d’exécution sont des plaisirs renouvelés à l’infini, jusqu’aux limites de l’abstraction, mais… il faut savoir dessiner. Ou pas?!

Malgré un passage brillant aux Beaux Arts à Mâcon (71) et à Dijon (21), au début des années 70, il est déçu, ne trouve pas sa voie, revient dans son village et se considère comme autodidacte.

L’artiste qualifie sa peinture de « Caprices de l’Âme ». « Je provoque…….je provoque dans mon élan, le chaos dans l’étude classique du dessin de nu. Je cherche le conflit dans mon urgence créative, dans l’effervescence du corps humain non narcissique, à l’âme dispersée mais pas perdue. Les milliers de croquis qui peuples mes carnets, sont autant d’évasions, de libération des « Caprices de l’Âme ».

Il se considère plus comme dessinateur que peintre. C’est pourquoi la réalisation de ses œuvres commence par un graphisme rapide sur du papier d’emballage  qu’il découpe et maroufle sur toile pour arriver à la « mise en scène » finale.

Il expose depuis les années 70 dans les salons, galeries, Hôtels de Ventes et autres lieux, à Paris, Lyon, Bruxelles et beaucoup d’autres villes. De nombreux prix lui sont décernés.

GB

« On assiste à des scènes tumultueuses, des personnages en effervescence……….. Nous sommes entre un quotidien fantasque, et une poésie rabelaisienne. La sensualité, l’extravagance, la gourmandise, l’exagération et la déformation naissent par excès de vitesse. Nous avons l’impression que Guy Béraud ne s’arrête jamais de dessiner……… Mais comme tout son petit monde est presque méconnaissable car ses personnages sont bien trop entortillés dans leur enveloppe organique, ficelés comme des rôtis, ils échappent à la simple illustration. Son dessin développe un maniérisme spectaculaire et expressif « 

Iléana Cornéa